L’édile prend son bâton de pèlerin

03/08/2018

Stéphane Loth, maire de Talmont-sur-Gironde est, c'est bien connu, passionné par l'histoire de sa commune qui, au Moyen Âge, était un lieu incontournable de rencontres pour les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle se rendant à Talais, une petite commune du Médoc située de l'autre côté de l'estuaire de la Gironde. « J'ai toujours été fasciné par l'histoire des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle, ce qui m'a amené à faire des recherches historiques en bon catholique que je suis », explique l'édile Talmonais.

Dans les pas des pèlerins

Cette passion s'est amplifiée lors de la visite du musée de Turennes, un autre Plus beau village de France, en Corrèze, où il est tombé sur des plans retraçant les routes et chemins qu'empruntaient à l'époque les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. « Dans ces plans, j'ai remarqué que Talmont était un lieu de passage pour se rendre dans le Médoc », souligne Stéphane Loth. Il précise que le point de rendez-vous à Talmont-sur-Gironde était représenté par la croix de l'Hermitage, qui aujourd'hui a été déplacée pour être installée tout près de l'église Sainte-Radegonde.

Après un travail commun avec l'association des Amis de la chapelle de l'Hôpital, à Talais, et le groupe de recherches archéologiques et historiques de Tolvère-Angoulême, le maire a décidé de refaire le chemin des pèlerins. Depuis le port de Talmont, il a rejoint, en bateau, Talais, afin d'immortaliser l'événement, et en mettant en place avec la municipalité de Talais, un pont jacquaire viruel, reliant les deux communes liées par l'histoire des pèlerins.

Départ du port de Talmont

Cette opération a eu lieu vendredi 27 juillet dernier. Stéphane Loth est monté au port à bord d'une embarcation, à 6 heures du matin, avant de traverser l'estuaire pour se rendre à Talais, où plusieurs manifestations étaient prévues tout au long de la journée. En matinée, Stéphane Loth, Franck Laporte, maire de Talais, et Bernard Moulin, son adjoint, ont inauguré le pont virtuel jacquaire reliant les deux rives. Dans l'après-midi, Daniel Bernardin, du groupe de recherches archéologiques de Tolvère-Angoulême, a animé une conférence intitulée « Les graffitis sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle encore visibles à différents endroits de Talmont-sur-Gironde ».

Au cours de cette journée, le vice-président des Plus beaux villages de France n'a pas caché sa fierté et celle de la municipalité de Talais de vouloir ressusciter cette empreinte du passé, oubliée par certains et galvaudée par d'autres.

« Ce pont Jacquaire entre deux territoires si proches culturellement et historiquement pourrait nous amener dans les prochains mois, à accroître ce rapprochement », a déclaré, entre autres, Stéphane Loth.